mardi 29 décembre 2015

Autres cadeaux de Noël

En vrac, des bouillottes (couture machine), un doudou chenille (crochet), un bougeoir (papier plié)... on a fait dans la diversité des techniques cette année - sans doute le produit explosif de la frustration accumulée pendant la période des cours, à n'utiliser que son petit cerveau et sa grosse voix, et jamais ses dix doigts ! 











Les Méditations métaphysiques pliées en guise de support de bougie, ça s'imposait... Allez, pour mémoire, parce que ça commence à manquer un peu de philo par ici :
Prenons pour exemple ce morceau de cire qui vient d'être tiré de la ruche : il n'a pas encore perdu la douceur du miel qu'il contenait, il retient encore quelque chose de l'odeur des fleurs dont il a été recueilli ; sa couleur, sa figure, sa grandeur, sont apparentes ; il est dur, il est froid, on le touche, et si vous le frappez, il rendra quelque son. Enfin, toutes les choses qui peuvent distinctement faire connaître un corps se rencontrent en celui-ci.Mais voici que, cependant que je parle, on l'approche du feu : ce qui y restait de sa saveur s'exhale, l'odeur s'évanouit, sa couleur se change, sa figure se perd, sa grandeur augmente, il devient liquide, il s'échauffe, à peine le peut-on toucher, et quoiqu'on le frappe, il ne rendra plus aucun son. La même cire demeure-t-elle après ce changement ? Il faut avouer qu'elle demeure et personne ne le peut nier. Qu'est-ce donc que l'on connaissait en ce morceau de cire avec tant de distinction ? Certes ce ne peut être rien de tout ce que j'y ai remarqué par l'entremise des sens, puisque toutes les choses qui tombaient sous le goût, ou l'odorat, ou la vue, ou l'attouchement ou l'ouie, se trouvent changées, et cependant la même cire demeure.
(...) Or quelle est cette cire qui ne peut être conçue que par l'entendement ou l'esprit ? Certes c'est la même que je vois, que je touche, que j'imagine, et la même que je connaissais dès le commencement. Mais ce qui est à remarquer, sa perception, ou bien l'action par laquelle on l'aperçoit n'est point une vision, ni un attouchement, ni une imagination, et ne l'a jamais été, quoiqu'il semblât ainsi auparavant, mais seulement une inspection de l'esprit, laquelle peut être imparfaite et confuse, comme elle était auparavant, ou bien claire et distincte, comme elle est à présent, selon que mon attention se porte plus ou moins aux choses qui sont en elle et dont elle est composée.

Le morceau de cire, ou : de l'impossibilité de connaître par les sens (je n'ai pas dit que j'étais d'accord avec cette idée, entendons-nous bien...). 
Voilà, l'extrait de Descartes, c'était le dernier cadeau ! Ne me remerciez pas, ça me fait plaisir. Joyeuses fêtes et bonne année si je ne reviens pas faire un tour ici avant le 31 !



samedi 19 décembre 2015

Trousse en cuir



Premier petit cadeau de Noël. 
Le modèle n'a rien de spécialement original, et d'ailleurs c'est une de ses interprétations, par la marque Paul et Marius en l'occurrence, qui m'a tapé dans l'oeil en premier lieu ; mais ici je ne me souciais  pas de trouver un cadeau en magasin: je voulais offrir du fait-main avec amour incorporé. D'où achat d'un beau cuir (vanté avec des trémolos dans la voix par la vendeuse du Gentleman du tissu, dont j'ai, semble-t-il, ensoleillé la journée en suivant ses conseils), choix du Rouge et du Noir (particulièrement approprié, maintenant que j'y pense... avis aux amateurs de Stendhal), élaboration de la marche à suivre (ultra-simple) dans mon petit cerveau fatigué, confection, et don. Le cadeau a plu. 
N'empêche que Paul et Marius ne perdent rien pour attendre, avec leurs beaux petits cartables vintage... Affaire à suivre. 




dimanche 25 octobre 2015

Trendy IKB

International Klein Blue(s). 

Petit trendy châle en fil de mohair et soie, beau et doux, qui ne gratouille pas ! Seul inconvénient : interminable à tricoter, surtout au point mousse. Du coup, j'ai un peu triché pour finir plus vite, et au lieu d'augmenter d'1 maille par rang (je tricote la 1ère maille du rang, j'ajoute une maille, je tricote les mailles restantes), j'ai augmenté de 2 mailles, 1 au début comme d'ordinaire, et 1 à la fin avant de tricoter la dernière maille. Ce n'est pas mal comme ça.






dimanche 27 septembre 2015

Déclinaison

Rosa, rosa, rosam... encore un bonnet, et encore du rose. 




Tuto plusieurs fois essayé du blog de Mimi Simonne, à voir ici. J'ai simplement remplacé les côtes 1/1 par des côtes 2/2, et tricoté au départ 126 mailles seulement, parce que, d'expérience, je sais que ma laine se détend au lavage. Mais j'aime vraiment ce modèle, et il commence à être de saison !


lundi 13 juillet 2015

Itsy bitsy teenie weenie

Je ne suis pas spécialement d'humeur à revenir sur le passé, mais l'ouvrage que je présente aujourd'hui est, lui, résolument vintage. Un bikini au crochet, ça devait encore se pratiquer, je ne sais pas, quand le mot "bikini" a été inventé, peut-être (donc en 1946). 
Evidemment, mon entreprise a suscité quelques grimaces dubitatives, quand j'ai expliqué que je fabriquais un maillot de bain pour NE PAS me baigner avec ("Tu fais quoi, Audrey ? C'est un bonnet ? Comment ça, un maillot de bain ? En laine ?! Ben ça va être pratique pour nager..."). Par ailleurs, ma valeur décorative, en bikini sur le bord d'une piscine, reste à prouver. Mais n'importe, je l'aime bien quand même, ce petit projet.



Je me dispense de publier une photo où je le porterais, parce que ma valeur décorative, etc., mais il est plutôt seyant, et facile à réaliser. À vous de jouer.

lundi 11 mai 2015

Pochette de soirée en cuir

Samedi, à l'occasion d'une soirée un peu habillée, je me suis cousu une petite pochette de soirée ; ça allait bien avec le noeud pap de mon cavalier, et puis j'avais encore envie de coudre du cuir. J'ai suivi le tuto de BeeMade (voir ici) en remplaçant le simili-cuir par une peau irrésistiblement brillante achetée à Montmartre. Satisfaction sur toute la ligne !





mardi 5 mai 2015

Coudre le cuir : porte-carte à la japonaise

Le petit truc que je présente aujourd'hui est moins une création qu'une idée : une variation en cuir (je persiste et signe, voir le billet précédent) sur les enveloppes japonaises dites Midori, avec leur système de fermeture à ficelle très old-fashioned.


En cuir, cela donne... 



Je suis assez satisfaite du résultat, et je songe à décliner le principe avec d'autres formes.

Une remarque pour finir : j'ai utilisé du fil de coton de mon stock, bien old-fashioned lui aussi. Pieuse pensée pour la grand-tante qui m'en a légué 10 pelotes.